أردتـم الـتـغـيـيـر فـلـيـكـن

Sortie vers Tiaret

Accueil d'Ali Ghediri à Tiaret

Le samedi 2 février 2019, le candidat à la présidentielle, M. Ali Ghediri, s'est rendu à la wilaya de Tiaret, où un accueil chaleureux lui a été réservé.

Correspendance de Talamali Abdelkader.

Go ahead Mr president !

Le candidat à la présidentielle 2019, M. Ali Ghediri, s'est rendu, le 1er février, à Tiaret pour un déjeuner en son honneur. A son arrivée, le comité d'accueil lui a fait visiter le Haras de Chaouchaoua, fierté des Tiaretis, où il s'est enquis de la situation qui prévaut dans cette enceinte et des conditions de travail jugées satisfaisantes de l'avis même des jeunes jockeys.
A partir de cet endroit, la délégation s'est dirigée vers lieu où devait se dérouler cette rencontre et/où un panel de plus de 30 personnes l'attendait, dont la veuve de Chahid et Moudjahida de la première heure, El Hadja Amaria. Un cocktail composé des différentes couches sociales, étudiants, fellahs... ainsi que la crème d'importantes associations et d'anciens cadres de l'Etat.
Après la minute de silence observée à la mémoire de nos glorieux Chouhada, suivie de la Fatiha, M. Belhadj Djamel-Eddine, connu dans la ville de Tiaret comme étant une figure de proue, a ouvert le débat. La parole fut ensuite donnée aux convives qui se sont relayés pour poser leurs questions au candidat à la présidence. "La bête noire" des tenants de la sphère décisionnelle, comme aiment l'appeler ses fans, répondait avec sérénité, mais surtout avec franchise, aux interrogations des uns et des autres. Dans l'une de ses réponses, il a déclaré : "Je ne me suis pas porté candidat pour régler mes comptes, ni me venger. Je suis un fils du peuple et je n'ai pas accepté que mon Algérie subisse un tel traitement de la part de personnes qui ne cherchent qu'à la ruiner. Avec votre concours, nous arriverons à la débarrasser de ces gens. Et le changement aura bien lieu avec l'aide de Dieu". Tout porte à croire que la campagne électorale débutera à partir du Sersou, fief des illustres figures historiques et révolutionnaires au vu de l'engouement affiché par les présents.
Ces paroles sonnent comme un appel profond d’un citoyen responsable, convaincu de sa démarche et épris de l’idéal de démocratie, de liberté et d'intégrité.
Son déplacement a été clôturé par une prière au cimetière des Martyrs situé à la sortie de la ville.
Aux commandes depuis deux décennies et engluées dans la luxure, les oligarques se donnent tous les droits sur la fortune publique et veulent même disposer de notre devenir, voire même celui de nos enfants.
Face à la situation ubuesque qui n’a que trop duré, nous avons l’obligation de sauver notre pays en montrant par tous les moyens nécessaires que nous ne pouvons pas continuer de nous laisser manipuler par des individus sans foi ni loi qui profitent de notre silence et de notre immaturité politique pour façonner notre avenir et le destin de notre nation. Pour sortir le pays du marasme dans lequel il a été entraîné, les Algériennes et les Algériens devront voter en leur âme et conscience pour s'extirper du joug de ceux qui les ont longtemps trahis et bercés par des discours creux, répétitifs et sans aucune portée.
L’intégrité, la cohésion nationale (algérianité), la sécurité, la légalité ne sont pas une option, mais un devoir pour notre survie en tant que peuple souverain et libre, pour notre existence en tant que nation !

 

TIARET TIARET, ALGERIE